Connectez-vous S'inscrire
Menu
Inscription à la newsletter

Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube Channel
LinkedIn
Rss
Mobile
Newsletter

Publicité


Inscription à la newsletter

Publicité




Inscription à la newsletter


Accord Fpi-Rhdp/ Affi N'Guessan et Ouattara se sont dit" Oui" pour la démocratie et la réconciliation. Voici l'intégralité du discours du président du Fpi.

Rédigé par Kouassi Norbert dit Norbert Nkaka Koffi le Mercredi 3 Mai 2023 à 09:34 | Lu 245 fois


Le Front populaire ivoirien (Fpi) et le Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (Rhdp) ont signé un accord de partenariat sur la réconciliation, la cohésion sociale et la démocratie, le mardi 2 mai à 15 heures à l'hôtel Sofitel Ivoire-Abidjan. Voici d'ailleurs l'intégralité de l'intervention du président du Fpi, M. Pascal Affi N'Guessan


M. Affi N'Guessan Pascal, président du Fpi
M. Affi N'Guessan Pascal, président du Fpi
 


Mesdames et Messieurs les journalistes, chers amis de la presse,

Merci de votre présence nombreuse pour immortaliser cet événement qui représente un marqueur fort de l’histoire politique de notre pays. En effet, c’est la première fois dans l’histoire de notre pays, que le parti au pouvoir décide de conclure un partenariat avec un parti politique de l’opposition et d’apposer sa signature sur un texte qui l’engage sur des questions essentielles pour la vie de la Nation : la réconciliation nationale, la cohésion sociale et la démocratie.
Pourquoi nous engager aujourd’hui sur ces questions alors que la Côte d’Ivoire est apparemment en paix ? Souvent les apparences sont trompeuses et il faut toujours aller au- delà des apparences.

En effet à travers les situations judiciaires liées aux crises passées, dans les discours et les postures politiques, nous notons tous que les plaies ne sont pas toutes cicatrisées, parce-que nous n’avons pas su aller au bout d’un processus de réconciliation sincère.

Cette réalité, nous la percevons chaque jour dans les tensions relationnelles entre citoyens ne partageant pas les mêmes convictions politiques ou religieuses, dans la méfiance à l’égard des institutions de notre République. Cette réalité s’est invitée dans le dialogue politique entre le gouvernement et l’opposition. Elle justifie la création par le chef de l’Etat du ministère chargé de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale.

Certes, la Côte d’Ivoire ne brûle pas, mais les braises ne sont pas éteintes. Et tant qu’il reste une braise, chacun le sait, le feu peut repartir si certains soufflent habilement.
La réconciliation impose de pardonner pour surmonter les déchirures et les drames du passé. Pardonner, pour « passer d’un passé divisé à un avenir partagé ». « Sans pardon, il n’y a pas d’avenir », nous dit le révérend Desmond Tutu. Quoi qu’il soit arrivé par le passé, l’exigence d’un avenir commun doit l’emporter sur le désir de vengeance. On ne bâtit pas l’avenir d’un pays sur la vengeance et sur la division. Nous voulons que la formule « jamais plus cela » devienne une réalité.

La réconciliation doit permettre de se faire à nouveau confiance. Cela reste à ce jour un défi pour la Côte d’Ivoire. De la méfiance à la haine il n’y a qu’un pas, et on le franchit facilement et pour certains allégrement.
L’enjeu est immense.
Aujourd’hui, notre pays fait face à des défis fondamentaux. Il ne peut pas s’offrir le luxe d’une nouvelle crise. Notre réconciliation est pour lui la meilleure des protections. Plus unis, nous serons plus forts.

Il est vrai que pendant les moments de crises et d’affrontements, de part et d’autre, des agressions ont été commises et subies, des injures et des insanités ont été proférées.
Mais nous devons être à la hauteur de la mission que nous nous sommes donnée volontairement, de l’engagement que nous avons pris solennellement de faire de la politique pour le progrès de notre pays et le bonheur de notre peuple. Alors, nous devons être capables de dépassement, pour regarder l’essentiel. Et l’essentiel, c’est la Côte d’Ivoire, notre pays.

MM. Affi N'Guessan Pascal président du Fpi et Cissé Ibrahim Bacongo, secrétaire exécutif du Rhdp
MM. Affi N'Guessan Pascal président du Fpi et Cissé Ibrahim Bacongo, secrétaire exécutif du Rhdp
Notre démarche fait écho à l’envie de paix, au puissant désir de paix de nos compatriotes. Nous devons, nous leaders politiques, savoir répondre à cette envie de paix en nous donnant les instruments, les outils, afin de tourner pour toujours la page de nos cycles de violence.
Nous pensons qu’il y a urgence. Urgence, car nous voyons autour de nous la tentation inverse, celle d’instrumentaliser les souffrances au service d’un agenda politique, celle de souffler sur les braises de nos anciennes divisions.
Pour faire de cette réconciliation une réalité ancrée dans la durée, nous devons sensibiliser les populations à ces enjeux. Ce sera notre mission. Nous l’accomplirons les uns et les autres lors de nos différentes tournées sur le terrain. Pour faire de cette réconciliation une réalité ancrée dans la durée, nous nous interdirons désormais les uns et les autres, des postures, des mots, qui pourraient contrevenir à l’objectif. C’est aussi une promesse forte : certaines manières de faire de la politique doivent appartenir au passé. Nous devons apprendre à faire de la politique autrement.

La réconciliation est évidemment indissociable de la cohésion sociale. Pour être fortes et durables, la réconciliation nationale et la cohésion sociale doivent être fondées sur la démocratie.
Nous nous réjouissons là aussi que le RHDP ait accepté de s’engager à nos côtés. Il s’agit du respect des libertés fondamentales et des droits de l’homme, de l’impartialité de l’Etat, de la bonne gouvernance des affaires publiques, de l’égalité des citoyens en droits et en devoirs.
Affermir la démocratie relève évidemment d’abord de ceux qui ont en charge le pouvoir d’Etat. Mais cela nous concerne tous, chacun à la place qui est la sienne.
Il s’agit de problèmes que nous n’avons pas totalement réglés, malgré des avancées certaines, à travers le dialogue politique et certaines initiatives du gouvernement. Sans cela, cet accord n’aurait d’ailleurs pas été possible entre nous.

Une démocratie mature, c’est une démocratie dans laquelle nos débats portent sur les idées, avec des campagnes électorales projet contre projet, projet contre bilan. Dans une démocratie mature, on n’instrumentalise pas les ressentiments pour conquérir des voix. On brandit un programme pour fédérer des énergies et emporter l’adhésion du plus grand nombre. Demain, la Côte d’Ivoire doit entrer dans cette normalité démocratique, cette maturité démocratique.

Nous allons nous y employer. Mais au-delà des mots, quel sens donner à ce partenariat ?
Wikipedia définit un partenariat comme « une association active de différents intervenants qui, tout en maintenant leur autonomie, acceptent de mettre en commun leurs efforts en vue de réaliser un objectif commun relié à un problème ou à un besoin clairement identifié dans lequel, en vertu de leur mission respective, ils ont un intérêt, une responsabilité, une motivation, voire une obligation ».

Ni le RHDP, ni nous-même le FPI, n’étions obligés de signer un tel accord. Chacun de nous aurait pu mener ce combat-là de son côté. Mais comment être crédibles dans nos démarches de réconciliation si nous-mêmes nous ne nous étions pas réconciliés ?
Ce partenariat est un acte de réconciliation entre nous pour engager ensemble la réconciliation en Côte d’Ivoire.
Par ailleurs, un parti au pouvoir n’a pas d’obligation de prendre des engagements auprès d’un partenaire, sur ce qui relève de sa prérogative, la gestion des affaires de l’Etat.
Le RHDP introduit par cette signature un acte d’humilité et d’ouverture dans sa pratique politique. C’est sans doute aussi l’expression d’une prise de conscience qu’aucun effort n’est superflu pour anticiper les crises et consolider la paix. C’est l’affirmation d’une volonté de faire bouger les lignes.
De la même manière, rien n’oblige un parti d’opposition à prendre des engagements face au pouvoir, sur la manière de se comporter en qualité d’opposants.
Nous le faisons pour la Côte d’Ivoire, pour servir notre idéal d’unité nationale et de démocratie. Ces valeurs sont au cœur de notre démarche. Nous les défendons tous les jours.

Accord acté entre Fpi et Rhdp
Accord acté entre Fpi et Rhdp
Cet accord nous donne davantage de leviers pour alerter, pour aiguillonner. Il nous donne davantage de moyens d’être vigilants. Dédié à la réconciliation nationale, à la cohésion sociale et à la démocratie, ce partenariat n’est évidemment pas un partage de postes et de gâteaux. Notre pays n’est pas une friandise et le pouvoir n’est pas un restaurant. Chacun est dans son rôle.

Travailler ensemble à conforter la réconciliation, la cohésion et la démocratie, travailler à l’apaisement des cœurs, n’exclut d’ailleurs pas la compétition entre nous. Chacun continuera à défendre ses idées, son projet.
Après avoir été le parti du multipartisme, personne ne comprendrait d’ailleurs que le FPI songe à reconstituer le parti unique et la pensée unique. Cet accord a été conclu par nos deux partis dans le respect de leurs différences et de leur autonomie. Le cadre de concertation mis en place entre nous nous permettra, les uns et les autres, de dresser des bilans réguliers, de nous interpeller le cas échéant, de se demander l’un à l’autre des comptes. Il nous donne des droits et nous impose des devoirs, librement consentis.
Le FPI sera à la fois un aiguillon et une vigie.
Pas un partage de postes, ce partenariat n’est pas davantage un accord électoral. Mais ce partenariat n’interdit pas de se retrouver, là où cela nous semblera nécessaire.
Par « nécessaire », nous entendons par exemple les mairies ou régions où des accords s’imposeront, afin de faire barrage à des candidats qui ne partagent pas notre objectif de réconciliation nationale, de cohésion sociale et de démocratie.
C’est une démarche de responsabilité et de lucidité.
C’est la manifestation de notre amour pour la Côte d’Ivoire.

Ce partenariat crée une dynamique, dans laquelle d’autres pourraient, devraient se retrouver.

A ceux qui craignent la réconciliation, à ceux qui jusque-là privilégient l’exacerbation des meurtrissures, l’instrumentalisation des frustrations comme stratégie de reconquête du pouvoir, à ceux qui rêvent de revanche, je voudrais dire la chose suivante : la vengeance est une voie sans issue. Il y a un temps pour la guerre et il y a un temps pour le paix.

Dans l’intérêt supérieur de notre pays, ensemble, choisissons la paix.

Pascal AFFI N’GUESSAN





Microsoft365 for Business

Inscription à la newsletter

Publicité





EN CONTINU
26/02/2023 08:53

Pierre Palmade a été victime d’un AVC

Pierre Palmade a été victime d’un AVC à l’hôpital Paul-Brousse de Villejuif (Val-de-Marne) ce samedi, selon nos informations. Le pronostic vital de l’humoriste n’est pas engagé. Il a été transféré à l’hôpital du Kremlin-Bicêtre. Le comédien est assigné à résidence, avec port d’un bracelet électronique, dans un service d’addictologie de l’hôpital Paul-Brousse de Villejuif depuis sa mise en examen pour « homicide et blessures involontaires ».
19/01/2023 01:29

Ange Kessi a fait ses adieux à l’armée Ivoirienne

Le Commissaire du Gouvernement Ange Kessi a fait ses adieux à l’armée Ivoirienne ce jour, mercredi 18 janvier 2023, prenant ainsi sa retraite après plusieurs années de bons et loyaux services à la nation.
06/01/2023 22:08

Mali/ Assimi Goita accorde la grâce présidentielle aux 49 soldats ivoiriens détenus depuis juillet 2022



Télé4all - La Télé pour tous

Inscription à la newsletter

Publicité

LES PLUS RECENTES

Inscription à la newsletter

Publicité

Inscription à la newsletter

Mentions Légales

- Editeur : Exclusiv'AG
- Adresse : Paris, France
- Téléphone : +33773480039
- Capital social : 5000 euros
- Numéro RCS de l'éditeur : Evry B 902 443 183
- Nom du directeur de publication : M. AKA AKA GEORGES


Galerie
CAN 2023 : Stade de la paix de Bouaké
CAN 2023 : Stade de la paix de Bouaké
IMG-20240211-WA0217
IMG-20240211-WA0216
IMG-20240211-WA0209
IMG-20240211-WA0208