Connectez-vous S'inscrire
Menu
Inscription à la newsletter

Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube Channel
LinkedIn
Rss
Mobile
Newsletter

Publicité


Inscription à la newsletter

Publicité




Inscription à la newsletter


Pascal Affi N'Guessan (président du Fpi) dresse le bilan de la fête de la liberté : " La forte mobilisation est signe de la renaissance et de la vitalité du Fpi".

Rédigé par Kouassi Norbert dit Norbert Nkaka Koffi le Vendredi 6 Mai 2022 à 15:20 | Lu 740 fois


Le Front populaire ivoirien (Fpi) a célébré la 32 ème fête de la liberté, mais la première sous la prise en main totale de ce parti par Pascal Affi N'Guessan. Cette année cette commémoration s'est déroulée le 30 avril à Abengourou, la capitale de l'Indénié Djuablin. Quel bilan peut on dresser et quel avenir pour le Fpi? Nous avons rencontré le président de ce parti, Pascal Affi N'Guessan à cet effet. Voici notre interview.


Pascal Affi N'Guessan, président du FPI
Pascal Affi N'Guessan, président du FPI




Vous venez d'organiser la 32 ème fête de la liberté. Quelles sont les motivations de cette célébration ?

PAN'.: C'est une fête traditionnelle que nous célébrons chaque année depuis l'instauration du multipartisme en 1990 en Côte d'Ivoire. C'est une fête pour commémorer ce moment important de l'histoire de notre pays. Ce passage du parti unique au pluralisme politique. C'est un moment de rupture, un moment fondamental puisque à partir de 1990, les ivoiriens ont eu droit à la parole. Les choses vont totalement changer. On n'était plus soumis à la pensée unique, à la parole unique, au syndicalisme unique. On ne va plus nommer les députés. Les Ivoiriens étaient libres de s'organiser dans des courants politiques différents, de participer à la vie politique de leur pays à travers des élections compétitives. C'est une révolution dans notre histoire et il était important que tous ceux qui ont contribué à cette rupture et à cette révolution de célébrer cet événement tous les ans.

Quel bilan pouvez-vous dresser de cette fête, surtout que cette année, le parti est entièrement sous votre direction après ce qui s'est passé avec le principal fondateur Laurent Gbagbo ?

PAN'.: Nous sommes totalement satisfaits. Nous avions un défi important à relever. C'était la mobilisation après ce que ce parti a connu. Nous sommes dans une dynamique de la renaissance du parti et de la reconquête du pouvoir et donc la question de la mobilisation était au cœur de l'enjeu de cette fête. Nous avons noté que nos militants se sont mobilisés sur l'ensemble du territoire puisque ceux qui ont participé à notre fête représentent la moitié de ceux qui ont voulu y être mais qui n'ont pas pu faire le déplacement pour des raisons matérielles et financières. En tout cas c'est pour nous un signe de vitalité et une assurance que le Fpi est véritablement debout pour affronter tous les défis particulièrement les élections locales de 2023 et la présidentielle de 2025.
 
 

Fête de la liberté à Abengourou, photo de la marche de la liberté
Fête de la liberté à Abengourou, photo de la marche de la liberté
Comment justifiez vous votre rapprochement avec le pouvoir ? Quelles en sont les retombées ? 

PAN'.: Avoir un rapprochement suppose que nous avons signé une convention et sommes sur une même plateforme. Or ce n'est pas le cas avec le régime Ouattara. Mais s'il y a des actes positifs qui sont posés, il faut les saluer. C'est notre tradition d'apprécier les actes et non les individus et les organisations qui les posent. Hier nous n'étions pas d'accord sur un certain nombre de positions du régime et nous l'avons exprimé. Nous avions souhaité  le dialogue politique. C'est une réalité aujourd'hui. Nous avons demandé que Charles Blé Goudé puisse rentrer  et retrouver sa famille. Nous notons que le gouvernement a engagé des initiatives. Ce sont des actes qui vont dans le sens de la réconciliation. Nous les saluons pour encourager le chef de l'État à aller plus loin. Nous saluons ces actes pour encourager les gouvernants à faire davantage. Si nous minimisons ces frémissements ce n'est pas dans le bon sens. Étant donné que c'est eux qui ont la responsabilité du pays, nous allons relever ce qui ne va pas dans le sens de l'intérêt général et inviter le gouvernement à réviser sa position. Nous sommes dans une posture constructive. Ce n'est une position radicale qui consiste à  s'opposer pour s'opposer. Nous devons faire avancer le pays.

Quels sont vos rapports avec Laurent Gbagbo ?

PAN'.: Pourquoi une telle question ? Vous voyez, à Abengourou, j'ai insisté sur la métaphore " l'enveloppe vide", pour dire que " l'enveloppe n'est pas vide". La prophétie de l'enveloppe vide n'a pas marché. C'est pourquoi je suis profondément soulagé par la mobilisation exceptionnelle d'Abengourou. Le Fpi est toujours vivant. Pour revenir aux rapports avec Laurent Gbagbo, il faut dire que nous ne sommes plus dans le même parti. Au plan personnel, rien ne nous divise. Gbagbo c'est Gbagbo et Affi est Affi. Mais au plan politique nous ne sommes plus dans la même formation politique. Chacun est occupé à construire son parti. Mamadou Coulibaly est de son côté et fait son travail. On ne peut pas se rencontrer quand on a plus rien à se dire. Mais le jour où un évènement ou une occasion nécessite qu'on se rencontre, vous nous verrez.

Quel message laissez vous à vos militants et aux Ivoiriens qui vous observent ?

PAN'.: Je remercie les militants du Fpi pour leur mobilisation exceptionnelle à travers les sacrifices personnels et financiers. Je voudrais leur rappeler que c'est un autre test.  Mais le grand défi, ce sont les élections locales de 2023. L'opinion prendra acte de la reconquête du pouvoir de 2025. Nous devons être prêts. Aux Ivoiriens nous voulons dire que le Fpi est vivant et envisage de grandes choses. Ils peuvent compter sur le Fpi pour le retour à la paix et à la stabilité sociale, économique sous toutes les dimensions.


 Interview réalisée par Norbert Nkaka.





Inscription à la newsletter

Publicité




EN CONTINU
21/06/2022 16:26

𝐑𝐞́𝐬𝐮𝐥𝐭𝐚𝐭𝐬 𝐂𝐄𝐏𝐄 𝟐𝟎𝟐𝟐 : 𝟒𝟒𝟐 𝟓𝟓𝟖 𝐚𝐝𝐦𝐢𝐬 𝐬𝐮𝐫 𝟔𝟖𝟑 𝟑𝟖𝟔 𝐜𝐚𝐧𝐝𝐢𝐝𝐚𝐭𝐬 𝐚𝐮 𝐂𝐄𝐏𝐄 𝟐𝟎𝟐𝟐

CEPE 2022 :  64,76% de taux de réussite en Côte d'Ivoire contre 52,51% en 2021.
05/04/2022 17:40

Lancement du Femua 14 à Abidjan.

Le Commissaire général du festival des Musiques Urbaines d'Anoumabo (#FEMUA) a annoncé cet après midi le lancement de ce festival, l'un des plus prisé en Afrique sub-saharienne. Ce sera mardi le 12 avril prochain au Sofitel Ivoire d'Abidjan.
Le Festival des Musiques Urbaines d'Anoumabo est un rendez-vous annuel de musiques urbaines, et éclectiques africaines qui a pour promoteur M. Salif Traoré dit A'salfo leader voice du groupe Magic System. Plusieurs artistes de renommées continentales et mondiales ont déjà eu à prester sur le célèbre podium de ce festival dans la commune de Marcory. Il faut rappelé ici que cette aventure dure depuis 14 ans déjà.
EVN.
03/04/2022 00:49

FLASH INFO : Guinée Équatoriale

Le vice-président de la Guinée Équatoriale 🇬🇶, Teodorin Obiang Nguema accuse la Banque de France de « bloquer les transferts des investisseurs, dans le but d’asphyxier et interrompre le processus de développement de son pays ».


VIDEO A LA UNE

Inscription à la newsletter

Publicité


Inscription à la newsletter

Publicité

Inscription à la newsletter

Mentions Légales

- Editeur : Exclusiv'AG
- Adresse : Paris, France
- Téléphone : +33773480039
- Capital social : 5000 euros
- Numéro RCS de l'éditeur : Evry B 902 443 183
- Nom du directeur de publication : M. AKA AKA GEORGES