Connectez-vous S'inscrire
Menu
Inscription à la newsletter

Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube Channel
LinkedIn
Rss
Mobile
Newsletter

Publicité


Inscription à la newsletter

Publicité




Inscription à la newsletter

Conflit Mali-CEDEAO : Guillaume Soro fait jouer sa stature d’homme d’état

Rédigé par Jean Calvin Koutouan le Vendredi 14 Janvier 2022 à 17:16 | Lu 140 fois


L'hystérie des émotions passée, il a enfin choisi la date de ce Vendredi 14 Janvier pour s'exprimer sur la situation de tension qui oppose le Mali à la Communauté Économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO).
Insatisfaite du chronogramme des élections, proposé par les autorités de transition au Mali, l'institution sous-régionale imposait ce Dimanche 09 Janvier au cours d'un sommet extraordinaire à Accra, des sanctions économiques sévères au Mali pour contraindre la junte à accélérer le processus de retour à l'ordre constitutionnel. Gel des avoirs de l'État Malien à la BCEAO, suspension des transactions commerciales entre le Mali et ses voisins, fermeture des frontières... Des mesures drastiques que l'ancien premier ministre Ivoirien, Guillaume Soro en exil, juge "extrêmement sévères, voire disproportionnées".


Conflit Mali-CEDEAO : Guillaume Soro fait jouer sa stature d’homme d’état



Dans un communiqué publié ce Vendredi, il rappelait les conventions internationales régissant les échanges commerciaux des pays enclavés.
 
‘’D’emblée’’, note Guillaume Soro, ‘’ je rappelle que priver un État sans littoral de son droit d’accès à la mer, constitue une violation de plusieurs instruments multilatéraux importants, tels que la Convention et le Statut de Barcelone, ainsi que l’accord d’Almaty entre autres, qui reconnaissent aux pays enclavés, le droit d’utiliser les océans dans les mêmes conditions que les États riverains, en ce compris le droit de traverser le territoire d’un ou de plusieurs pays en vue d’atteindre la mer’’. Bien que désavouant les sanctions à l’encontre du Mali, le leader de Générations et Peuples Solidaires (GPS) tient à réitérer son appel au dialogue entre les différentes parties.
 
‘’C’est pourquoi, j’en appelle aux Chefs d’État de la CEDEAO, afin qu’ils reconsidèrent leur posture et donnent une chance au dialogue et à la concertation, loin de la surenchère. J'invite également les Autorités de Transition du Mali à ne point céder à la tentation de la rupture du dialogue et à adopter une position conciliante, en dépit des tensions et autres pressions de tous ordres, pour aboutir à un compromis dynamique’’, a plaidé l’ex numéro 2 du régime Ivoirien, fidèle à sa posture d’homme d’état. Des expériences en la matière, il en a eu pour avoir côtoyé du fait de ses fonctions étatiques de nombreux chefs d’états.
 
Car s’en souvient-t-il, ‘’De mon expérience personnelle des sommets de la CEDEAO ou de l’UEMOA auxquels j’ai eu l’honneur et le privilège d’assister et de travailler aux côtés de Chefs d’État tels Mathieu Kérékou, Olusegun Obasanjo, John Kufuor, Amadou Toumani Touré, Blaise Compaoré, Étienne Gnassingbé Eyadema, Abdoulaye Wade, Tandja Mamadou… le leitmotiv a toujours été de privilégier le dialogue, toujours le dialogue et la paix entre Africains, pour trouver des solutions africaines à tous les contentieux, y compris les plus complexes. C’est au nom de ce principe cher aux pères fondateurs de la CEDEAO, que j’intercède humblement auprès de mon aîné le président Macky Sall du Sénégal et du doyen le Président Muhammadu Buhari du Nigeria, afin qu’ils usent de leur leadership pour renouer le fil du dialogue entre la CEDEAO et la République sœur du Mali. Une solution sous-régionale pacifique, mesurée, qui préserve à la fois la dignité du peuple malien et l’image de la CEDEAO, est toujours possible’’.
Une posture qui se démarque de celle des chefs d’états auteurs des sanctions rigides contre le Mali et qui confirme, s’il en fallait, l’attachement de l’ancien premier ministre Ivoirien, au recours au dialogue pour la gestion des différends.
Raoul Mobio



Inscription à la newsletter

Publicité




EN CONTINU
23/01/2022 14:03

Tirs entendus à Ouaga: Le Gouvernement rassure (Communiqué)

Tirs entendus à Ouaga: Le Gouvernement rassure (Communiqué)

Des informations véhiculées dans les réseaux sociaux tendent à faire croire à une prise de pouvoir par l’armée en ce jour 23 janvier 2022.

Le gouvernement tout en reconnaissant l’effectivité de tirs dans certaines casernes dément ces informations et appelle les populations à rester sereines. Il réaffirme sa confiance à notre armée qui demeure républicaine.

Force et courage à nos Forces de défense et de sécurité (FDS) et Volontaires pour
la défense de la patrie (VDP).

23/01/2022 13:59

Urgent/ Burkina Faso: Tirs entendus dans plusieurs casernes

Urgent/ Burkina Faso: Tirs entendus dans plusieurs casernes
Depuis ce Dimanche 23 Janvier à l'aube, des tirs sont entendus dans plusieurs quartiers stratégiques de la capitale Burkinabè abritant des casernes militaires. De source sûre sur place, les tirs continuent au moment où nous mettons sous presse.
17/01/2022 21:52

Mamadou Traoré, proche de Guillaume Soro, déféré à la MACA pour "diffusion de fausses informations"

Selon le communique de GÉNÉRATIONS & PEUPLES SOLIDAIRES du 17 Janvier 2022 Générations et Peuples Solidaires (GPS), M. TRAORE MAMADOU, membre du Comité d’Orientation et de Coordination (COC) de GPS, arrêté le 14 janvier 2022, a été inculpé ce jour, pour les chefs d'accusation suivants :
  • Diffusion de fausses informations tendant à faire croire qu'une atteinte aux personnes va être commise ;
  • Manoeuvre de nature à jeter le discrédit sur les Institutions et leur fonctionnement ;
  • Commission d'actes non approuvés par le Gouvernement et de nature à exposer des Ivoiriens à subir des représailles ;
  • Incitation à commettre des actes terroristes non suivie d'effet.
M. TRAORE Mamadou a été déféré ce lundi 17 janvier 2022 et placé en détention préventive à la Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan (MACA) dans l’attente de son jugement. 


VIDEO A LA UNE
Josey Priscille en concert à l'espace Venise à Paris - Sarcelle
Publié par Abidjan4all le 20/01/2022 à 02:45

Inscription à la newsletter

Publicité


Inscription à la newsletter

Publicité

Inscription à la newsletter

Mentions Légales

- Editeur : Exclusiv'AG
- Adresse : Paris, France
- Téléphone : +33773480039
- Capital social : 5000 euros
- Numéro RCS de l'éditeur : Evry B 902 443 183
- Nom du directeur de publication : Junior Gnapié