Connectez-vous S'inscrire
Menu
Inscription à la newsletter

Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube Channel
LinkedIn
Rss
Mobile
Newsletter

Publicité


Inscription à la newsletter

Publicité




Inscription à la newsletter


Après l'organisation ratée du Yaye à Dabou/ Le ministre René Diby catégorique : " On ne veut plus deux festivals dans le Léboutou".

Rédigé par Kouassi Norbert dit Norbert Nkaka Koffi le Dimanche 31 Juillet 2022 à 12:26 | Lu 363 fois


La tempête a véritablement soufflé sur la 5 ème édition du festival culturel dénommé Yaye. Que peut on retenir de cette dernière édition ? Pas grand chose. Le ministre René Diby, président du collectif des chefs traditionnels du Léboutou, certainement agacé par les querelles nées de ce festival, est monté au créneau pour cracher aux organisateurs, le 30 juillet, lors de la cérémonie de clôture. "Nous ne voulons plus deux festivals à Dabou".


Le festival Yaye n'a plus son lustre
Le festival Yaye n'a plus son lustre
" Tu as peut-être la propriété scientifique du festival Yaye; malheureusement tu n'as pas les moyens techniques et financiers de mettre cette idée véritablement en pratique. Il faut approcher tes aînés pour solliciter leur appui et fédérer cette grande œuvre. Mais nous ne voulons plus voir des festivals de la même texture à Dabou", voilà en substance ce que le ministre René Djedjmel Diby, président du collectif des chefs traditionnels du Léboutou a craché à Méless Latt Sébastien, initiateur et commissaire général du Yaye. Cette 5 ème édition du 26 au 30 juillet, qui devait consacrer la maturité de ce festival Yaye, bien adopté par les populations lors de sa première apparition en 2017, a été plutôt une randonnée terne et sans saveur. Les organisateurs, presque tous absents sur l'espace dédié, cautionnaient des activités sporadiques, sans lien véritable. De sorte que le festival n'a pas véritablement accroché, mis à part les stands ou autres maquis où l'alcool a coulé à flot. " Cette 5 ème édition a été celle de la promotion de l'alcool. C'est dommage pour nos enfants !", s'est indigné un parent, amer. En tout cas au cours de cette cérémonie de clôture, les violons se sont accordés entre la chefferie, le conseil régional dirigé par Sess Daniel et l'ensemble des cadres pour faire fusionner les deux festivals culturels en un.

Le ministre René Djedjmel Diby (chapeau) ne veut entendre parler de deux festivals à Dabou
Le ministre René Djedjmel Diby (chapeau) ne veut entendre parler de deux festivals à Dabou
Mais comment est né le bicéphalisme qui phagocyte ensuite le Yaye ? C'est qu'après les deux premières éditions de ce festival en 2017 et 2018 qui ont véritablement drainé plus 80 mille festivaliers et touristes, éclate une crise sans précédent entre les organisateurs. Le jeune initiateur Méless Latt Sébastien accuse le ministre de la promotion de l'investissement privé d'alors, Essis Emmanuel, le véritable porteur de fardeau de cette activité, de lui ravir sa trouvaille à des fins personnelles. Toutes les tentatives de médiation et d'explication des réelles motivations de ce festival faites par le ministre Essis Emmanuel et son entourage, butent sur l'intransigeance de Méless Latt Sébastien qui s'arc-boute à son " bébé" (Yaye). L'affaire arrive au tribunal. C'est le divorce total ! Latt Sébastien et son équipe conservent la propriété du Yaye. De leur côté, le ministre fait créer un autre festival taillé dans le même genre que le Yaye, mais baptisé " Lodjoukrou festival". Alors que le professionnalisme affiché par les organisateurs fait grandir le Lodjoukrou festival en terme de maturité et de popularité, au contraire le festival Yaye, du fait des sempiternelles querelles inutiles et intestines, s'effrite et sombre progressivement dans l'abîme. Cette dernière édition était véritablement tirée par les cheveux. De peur que l'un ne tue l'autre ou que les deux festivals ne meurent, les chefs traditionnels et certains cadres estiment que le seul salut, c'est d'aller à l'union. Aussi invitent ils Méless Latt Sébastien à " demander humblement pardon à son aîné le ministre Essis Emmanuel afin qu'il accepte de fusionner le Yaye et le Lodjoukrou festival", propose René Diby. Méless Latt Sébastien et son groupe vont ils accepter de plier le genou en signe de pardon devant le ministre Essis Emmanuel ? Le ministre Essis Emmanuel va t il accepter la main tendue à celui qui l'a vilipendé et traîné devant les tribunaux pour un festival qu'il avait pourtant porté à bout de bras et englouti plusieurs millions de F? En cas de fusion, quel nom portera désormais le festival ? Yaye? Lodjoukrou ? Ce sont autant d'interrogations auxquelles le chef René Djedjmel Diby et ses collègues chefs devront réfléchir. Norbert Nkaka





Inscription à la newsletter

Publicité




EN CONTINU
21/06/2022 16:26

𝐑𝐞́𝐬𝐮𝐥𝐭𝐚𝐭𝐬 𝐂𝐄𝐏𝐄 𝟐𝟎𝟐𝟐 : 𝟒𝟒𝟐 𝟓𝟓𝟖 𝐚𝐝𝐦𝐢𝐬 𝐬𝐮𝐫 𝟔𝟖𝟑 𝟑𝟖𝟔 𝐜𝐚𝐧𝐝𝐢𝐝𝐚𝐭𝐬 𝐚𝐮 𝐂𝐄𝐏𝐄 𝟐𝟎𝟐𝟐

CEPE 2022 :  64,76% de taux de réussite en Côte d'Ivoire contre 52,51% en 2021.
05/04/2022 17:40

Lancement du Femua 14 à Abidjan.

Le Commissaire général du festival des Musiques Urbaines d'Anoumabo (#FEMUA) a annoncé cet après midi le lancement de ce festival, l'un des plus prisé en Afrique sub-saharienne. Ce sera mardi le 12 avril prochain au Sofitel Ivoire d'Abidjan.
Le Festival des Musiques Urbaines d'Anoumabo est un rendez-vous annuel de musiques urbaines, et éclectiques africaines qui a pour promoteur M. Salif Traoré dit A'salfo leader voice du groupe Magic System. Plusieurs artistes de renommées continentales et mondiales ont déjà eu à prester sur le célèbre podium de ce festival dans la commune de Marcory. Il faut rappelé ici que cette aventure dure depuis 14 ans déjà.
EVN.
03/04/2022 00:49

FLASH INFO : Guinée Équatoriale

Le vice-président de la Guinée Équatoriale 🇬🇶, Teodorin Obiang Nguema accuse la Banque de France de « bloquer les transferts des investisseurs, dans le but d’asphyxier et interrompre le processus de développement de son pays ».


VIDEO A LA UNE

Inscription à la newsletter

Publicité


Inscription à la newsletter

Publicité

Inscription à la newsletter

Mentions Légales

- Editeur : Exclusiv'AG
- Adresse : Paris, France
- Téléphone : +33773480039
- Capital social : 5000 euros
- Numéro RCS de l'éditeur : Evry B 902 443 183
- Nom du directeur de publication : M. AKA AKA GEORGES